Title

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait.

Category Archive Non classé

Projet de Loi Finance

Suivi d’actualité.
Le PLF (Projet de Loi Finance) 2020 est actuellement en séance à l’assemblée nationale. Cet après-midi, en séance de vote, l’amendement 2882 concernant l’article 6 (suppression des taxes à faible rendement) visait à maintenir les taxes sur les produits du vapotage pour les fabricants et importateurs.
L’amendement 2882 à été retiré, ce qui confirme la volonté de suppression de cette taxe à faible rendement.
Affaire à suivre…

Fake news vs réalité

Depuis fin août, les médias relaient sans cesse les décès survenus au États-Unis en l’imputant à la vape. Pour rappel, 18 personnes sont décédées de pneumopathie sévère suite à l’inhalation de cartouches de THC achetées au marché noir et contenant des toxiques. La FDA ainsi que le CDC ont communiqué suite aux investigations. Mais le mésusage puisque c’est de cela dont il s’agit et rien d’autre,  n’a été que peu communiqué auprès du grand public.

Qu’en est-il en France ?

En Europe, la vape est soumise à la TPD (directive européenne du tabac) contrairement aux USA. Tout produit nicotiné vendu sur le territoire est contrôlé et déclaré auprès de l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire). Nous avons également la chance d’avoir de véritables fabricants de liquides indépendants qui ont à cœur la qualité de leurs produits dans un maximum de transparence.  

Depuis le 8 octobre 2019, la DGS (la Direction Générale de la Santé) a mis en place un message urgent destiné aux professionnels de santé afin que ceux- ci déclarent toutes pneumopathies sévères survenues suite au vapotage. Dans ce message, il est écrit noir sur blanc: « A ce jour, en France, il n’a pas été détecté d’épidémie. »

Cela rejoint les déclarations de notre Ministre de la Santé sur RTL tenant un discours rassurant et mettant en avant que la vape est une aide pour arrêter de fumer.

D’autres voix se sont également élevées dans le milieu médical en faveur de la vape: le Professeur Molimard dans Mediapart, le Professeur Dubois sur RTL et dans Le Point, le Professeur Reynaud sur Facebook, le Professeur Dautzenberg sur Twitter et sur différents plateaux tv, de nombreux autres addictologues et médecins sur les réseaux sociaux. Tous déplorent le retour au tabagisme de certains de leurs patients suite à cette déferlante de fake news.

Les consommateurs ont besoin d’être rassurés, nous le constatons chaque jour en boutique. C’est pourquoi il nous semble important de relayer ces messages positifs. Le consommateur doit savoir que les pouvoirs publics au travers de la DGS surveillent l’évolution de la situation, que chaque produit a une fiche de sécurité accessible, que les fabricants indépendants français sont très attentifs à la qualité de leurs produits.

Nous, les professionnels de la vape, sommes là pour assurer aux consommateurs des produits sains avec une qualité de fabrication. Nous informons, nous conseillons. En cette période proche du Mois Sans Tabac, il est crucial que l’information parvienne aux fumeurs.

La vape indépendante en France est le meilleur moyen de s’approvisionner en toute sécurité. Vapoteurs et fumeurs, ayez confiance dans le réseau des boutiques spécialisées pour acheter vos produits et quitter le tabac.

Certification CIMVAPE

Vendeurs, fabricants, artisans

Faites valider vos compétences, votre métier doit être reconnu institutionnellement!

La certification CIMVAPE vous permet d’accéder à une vraie professionnalisation de votre savoir-faire mais elle vous apporte et conforte de nouvelles compétences et savoirs indispensables pour bien vendre la vape.

Vous êtes nouveau ou avez une belle expérience, peu importe, la CIMVAPE est là pour aider et valoriser votre pratique et vos connaissances.

Pour tout savoir sur la CIMVAPE cliquez ici.

Chronologie d’une mort annoncée

juillet/août : hospitalisation et 1ères morts aux USA dues à des symptômes inconnus touchant les poumons. Un point commun : tous étaient vapoteurs.
jours qui suivent : tollé général contre la vape : le fait de vapoter est dangereux!
fin août : on découvre que les malades ont vapé des liquides contenant du thc et de l’acétate de vitamine E achetés sous le manteau. (produit illicite hors contrôle)
5 septembre : Juul (actionnaire Big T) approuve la fin des arômes dans le Michigan.
9 septembre : le CDC Center for Disease Control and Prevention préconise aux vapoteurs d’arrêter de vapoter.
11 septembre: Donald Trump demande officiellement l’interdiction des arômes dans les liquides.
12 septembre : la nouvelle est reprise en choeur dans les medias français avec des commentaires de plus en plus affligeants.

Panique aux USA :

Personne n’aura loupé l’info : des malades et même des morts aux Etats-Unis, tous vapoteurs.

L’information est assez dramatique pour faire la une des journaux et des medias, reprise en France par l’Agence France Presse.

Les conséquences ne se font pas attendre : clameurs et indignation sur le vapotage qui est aussitôt mis en cause. Ça y est, la preuve est là : le vapotage est mortel.

Les instances sanitaires l’annoncent clairement : vapoter est dangereux.  Au vu de la déferlante médiatique, tout est fait pour semer la panique et le trouble chez les adeptes américains du vapotage.

Il n’y aura pas de présomption d’innocence, le couperet tombe, la vape est condamnée. Un exemple dans les propos de Ngozi Ezike, directrice du département de la santé de l’Illinois :

«La gravité de la maladie dont souffrent les gens est alarmante. Il faut que tout le monde sache que les cigarettes électroniques et le vapotage peuvent être dangereux».

Nous étions le 29 août, il faudra attendre 10 jours pour qu’enfin un début de réponse apparaisse : la maladie pulmonaire dont souffrent ces vapoteurs serait due à des produits contenant du thc et un dérivé d’huile (de vitamine E?) : un produit illicite, fabriqué hors contrôle et marginal.

Peu importe, le « conseil » reste le même : par précaution ne vapotez plus! Fumez braves gens, au moins on ne vous ment pas : fumer tue!

En lien, l’article de Eric Favereau chez Libération.

Les conséquences ne se font pas attendre : Trump demande l’interdiction des arômes dans les eliquides : article Vapingpost

Forum du site SIIV

Pour se connecter au forum :
cliquez sur forum
puis « s’enregistrer ».
créez un identifiant (votre nom sur le forum) et complétez par votre adresse mail dans la case dessous.
Vous recevrez un mail contenant un lien, cliquer sur ce lien. Un mot de passe est proposé mais vous pouvez le modifier. Connectez vous, vous êtes alors connecté en tant qu’invité. Vous n’aurez accès au forum et à son contenu que lorsque nous aurons validé votre inscription.
Vous comprendrez que les inscriptions ne sont réservés qu’à nos adhérents, il nous faudra vérifier toutes les demandes avant de les valider.
Pour valider votre inscription et vous donner les droits au forum, veuillez nous envoyer un mail à si2vape@gmail.com en nous précisant votre identifiant ainsi que le nom de votre boutique. Après vérification, nous validerons votre inscription au forum.

L’OMS fakenews et Cie

La position de l’OMS à propos de la vape a toujours été plus que frileuse. Jamais conseillée, toujours dans l’attente d’études et de recul, la vape a toujours subi les griefs de l’OMS.

Et puis, fin juillet 2019, l’organisation sort un rapport pour la lutte contre le tabac. Dans un court paragraphe, elle déclare que malgré les non preuves de toxicité, la cigarette électronique est toxique, qu’il faut la réglementer vigoureusement et surtout la taxer.

La suite, vous la connaissez : un déchaînement médiatique suite à une dépêche afp qui va faire tous les gros titres. La vape c’est dangereux, la vape c’est mauvais, la vape ceci cela. Les reportages à charge fleurissent, avec son lot de fakenews et de mensonges.

Cet acharnement n’est pas anodin, il se prépare de nouvelles réglementations européennes. Les eliquides sont les éléments à charge du dossier.

Gageons que le futur nous réserve encore de durs combats à venir. Plus que jamais, les alliances et les soutiens avec le monde du tabac fumé ne pourront que nous porter préjudice.

L’indépendance est une force, le SIIV son syndicat.

Billet d’humeur : la vape, un succès malgré tout.

En 2017, 55% des européens pensent que la cigarette électronique est nocive pour la santé des vapoteurs et malheureusement, la tendance est à la hausse.

Selon le Baromètre de la Santé Publique : «  Des messages contradictoires ou négatifs dans les journaux favoriseraient, par exemple, une perception négative de l’e‑cigarette et des bénéfices perçus plus faibles, selon une étude américaine récente. Les personnes n’ayant jamais expérimenté l’e‑cigarette seraient particulièrement sensibles à ces informations. »

Mais un autre facteur joue et entre en course : « Une réglementation stricte de l’e‑cigarette renforcerait, en effet, la perception de sa nocivité chez les fumeurs et ex‑fumeurs. La connaissance et la confiance dans les agences de régulation des produits pourraient également avoir un impact sur la perception de sécurité. Le fait que l’e‑cigarette soit réglementée par des dispositions similaires au tabac et qu’aucune e‑cigarette ne soit autorisée à ce jour en tant que dispositif médical, contrairement aux inhalateurs de nicotine, pourrait participer à cette défiance. »

Les victimes de cette désinformation et de ces décisions réglementaires déconnectées sont avant tout les fumeurs bien entendu. Franchir la porte d’une boutique avec toutes les angoisses de l’échec, s’avouer son addiction et « sa faiblesse », le fumeur qui désire arrêter a surtout besoin d’être rassuré et non jugé. Sensible à cet environnement de défiance et de désinformation médiatique relayées par les instances décisionnaires, le fumeur (et son entourage) voit ses doutes renforcés concernant la réussite de son désengagement tabagique. Malgré ses efforts pour quitter le tabac, pour la société, le vapoteur est condamné à l’éternelle étiquette du fumeur avec toutes les connotations afférentes.

Les victimes collatérales de  cette guerre médiatique sont les professionnels indépendants de la vape. Nous savons combien il est difficile parfois d’argumenter et d’expliquer la réduction de risques apportée par la vape pour les fumeurs lorsque les semaines sont martelées de fausses informations et d’études tronquées. Notre position même de commerçant influe sur la réception de notre discours même si celui ci est appuyé de données scientifiques ou d’arguments de personnalités médicales. On comprendra ici l’incompatibilité de vendre la vape tout en vendant du tabac.

De cette confusion entretenue entre tabac et vape, nous subissons des refus bancaires, des interdictions de paiement en ligne, des assurances onéreuses, des projets avortés, des réglementations parfois libres à l’interprétation. Nous sommes non identifiés et sous représentés.

Alors nous le savons, nous, parce que c’est notre quotidien et notre histoire, c’est notre professionnalisme, nos compétences, nos connaissances et notre savoir-faire qui sauveront la vape de cette désinformation, de ce déni gouvernemental et de cette mauvaise réputation. C’est également notre engagement, notre prise de risques des débuts de la vape, notre conviction sur cette alternative réductrice de risques pour la santé qui ont permis le développement que connaît la vape actuelle.

Parce que nous n’avons pas le choix, tout simplement, l’avenir de la vape  se situe dans sa réussite complète et entière, son indépendance dans la fédération de ses acteurs et dans la résistance aux chants des sirènes. Parce que rien ne vaut le regard fier d’un fumeur qui ne fume plus.

700 000 fumeurs* en moins reconnus officiellement, un succès malgré tout.

*source et crédit photo BSP

Pas de passerelle vape/tabac chez les jeunes.

L’initiation au tabagisme par le vapotage fait l’objet d’une controverse. Cette étude s’intéresse au vapotage des adolescents et à ses liens avec la consommation de tabac.

Le vapotage chez les adolescents non-fumeurs ne semble pas constituer un mode d’entrée majeure dans le tabagisme, ni dans l’addiction à la nicotine. Enfin, l’usage de la cigarette électronique chez les adolescents fumeurs semble avoir un effet bénéfique sur leur consommation de tabac (arrêt ou baisse de la consommation de tabac fumé).

Lire l’article ici

Politique et cigarette électronique : les rideaux de fumée tabagiques vont-ils bientôt se lever ?

Une nouvelle fois, JY Nau décortique  les chiffres annoncés sur la baisse du tabac en France. On y apprend que ces données proviennent d’une enquête aléatoire téléphonique de 2018 et qu’elles regroupent à la fois les personnes qui ont arrêté de fumer mais également la réduction des jeunes qui ne sont pas rentrés dans le tabagisme…

L’article conclut en regrettant le déni persistant de Me Buzin sur l’efficacité de la cigarette électronique dans la réduction des risques pour les fumeurs.

Lire l’article ici.