Actualités

Les dernières actualités du SIIV

L’OMS fakenews et Cie

La position de l’OMS à propos de la vape a toujours été plus que frileuse. Jamais conseillée, toujours dans l’attente d’études et de recul, la vape a toujours subi les griefs de l’OMS.

Et puis, fin juillet 2019, l’organisation sort un rapport pour la lutte contre le tabac. Dans un court paragraphe, elle déclare que malgré les non preuves de toxicité, la cigarette électronique est toxique, qu’il faut la réglementer vigoureusement et surtout la taxer.

La suite, vous la connaissez : un déchaînement médiatique suite à une dépêche afp qui va faire tous les gros titres. La vape c’est dangereux, la vape c’est mauvais, la vape ceci cela. Les reportages à charge fleurissent, avec son lot de fakenews et de mensonges.

Cet acharnement n’est pas anodin, il se prépare de nouvelles réglementations européennes. Les eliquides sont les éléments à charge du dossier.

Gageons que le futur nous réserve encore de durs combats à venir. Plus que jamais, les alliances et les soutiens avec le monde du tabac fumé ne pourront que nous porter préjudice.

L’indépendance est une force, le SIIV son syndicat.

Billet d’humeur : la vape, un succès malgré tout.

En 2017, 55% des européens pensent que la cigarette électronique est nocive pour la santé des vapoteurs et malheureusement, la tendance est à la hausse.

Selon le Baromètre de la Santé Publique : «  Des messages contradictoires ou négatifs dans les journaux favoriseraient, par exemple, une perception négative de l’e‑cigarette et des bénéfices perçus plus faibles, selon une étude américaine récente. Les personnes n’ayant jamais expérimenté l’e‑cigarette seraient particulièrement sensibles à ces informations. »

Mais un autre facteur joue et entre en course : « Une réglementation stricte de l’e‑cigarette renforcerait, en effet, la perception de sa nocivité chez les fumeurs et ex‑fumeurs. La connaissance et la confiance dans les agences de régulation des produits pourraient également avoir un impact sur la perception de sécurité. Le fait que l’e‑cigarette soit réglementée par des dispositions similaires au tabac et qu’aucune e‑cigarette ne soit autorisée à ce jour en tant que dispositif médical, contrairement aux inhalateurs de nicotine, pourrait participer à cette défiance. »

Les victimes de cette désinformation et de ces décisions réglementaires déconnectées sont avant tout les fumeurs bien entendu. Franchir la porte d’une boutique avec toutes les angoisses de l’échec, s’avouer son addiction et « sa faiblesse », le fumeur qui désire arrêter a surtout besoin d’être rassuré et non jugé. Sensible à cet environnement de défiance et de désinformation médiatique relayées par les instances décisionnaires, le fumeur (et son entourage) voit ses doutes renforcés concernant la réussite de son désengagement tabagique. Malgré ses efforts pour quitter le tabac, pour la société, le vapoteur est condamné à l’éternelle étiquette du fumeur avec toutes les connotations afférentes.

Les victimes collatérales de  cette guerre médiatique sont les professionnels indépendants de la vape. Nous savons combien il est difficile parfois d’argumenter et d’expliquer la réduction de risques apportée par la vape pour les fumeurs lorsque les semaines sont martelées de fausses informations et d’études tronquées. Notre position même de commerçant influe sur la réception de notre discours même si celui ci est appuyé de données scientifiques ou d’arguments de personnalités médicales. On comprendra ici l’incompatibilité de vendre la vape tout en vendant du tabac.

De cette confusion entretenue entre tabac et vape, nous subissons des refus bancaires, des interdictions de paiement en ligne, des assurances onéreuses, des projets avortés, des réglementations parfois libres à l’interprétation. Nous sommes non identifiés et sous représentés.

Alors nous le savons, nous, parce que c’est notre quotidien et notre histoire, c’est notre professionnalisme, nos compétences, nos connaissances et notre savoir-faire qui sauveront la vape de cette désinformation, de ce déni gouvernemental et de cette mauvaise réputation. C’est également notre engagement, notre prise de risques des débuts de la vape, notre conviction sur cette alternative réductrice de risques pour la santé qui ont permis le développement que connaît la vape actuelle.

Parce que nous n’avons pas le choix, tout simplement, l’avenir de la vape  se situe dans sa réussite complète et entière, son indépendance dans la fédération de ses acteurs et dans la résistance aux chants des sirènes. Parce que rien ne vaut le regard fier d’un fumeur qui ne fume plus.

700 000 fumeurs* en moins reconnus officiellement, un succès malgré tout.

*source et crédit photo BSP

Pas de passerelle vape/tabac chez les jeunes.

L’initiation au tabagisme par le vapotage fait l’objet d’une controverse. Cette étude s’intéresse au vapotage des adolescents et à ses liens avec la consommation de tabac.

Le vapotage chez les adolescents non-fumeurs ne semble pas constituer un mode d’entrée majeure dans le tabagisme, ni dans l’addiction à la nicotine. Enfin, l’usage de la cigarette électronique chez les adolescents fumeurs semble avoir un effet bénéfique sur leur consommation de tabac (arrêt ou baisse de la consommation de tabac fumé).

Lire l’article ici

Politique et cigarette électronique : les rideaux de fumée tabagiques vont-ils bientôt se lever ?

Une nouvelle fois, JY Nau décortique  les chiffres annoncés sur la baisse du tabac en France. On y apprend que ces données proviennent d’une enquête aléatoire téléphonique de 2018 et qu’elles regroupent à la fois les personnes qui ont arrêté de fumer mais également la réduction des jeunes qui ne sont pas rentrés dans le tabagisme…

L’article conclut en regrettant le déni persistant de Me Buzin sur l’efficacité de la cigarette électronique dans la réduction des risques pour les fumeurs.

Lire l’article ici.

Mise à jour de la fiche pratique vapotage DGCCRF

Le site de la DGCCRF a effectué une mise à jour sur sa fiche pratique du vapotage le 14 mai dernier.

On peut y lire la définition suivante de la cigarette électronique : La cigarette électronique est le nom générique désignant des générateurs d’aérosols dont la forme rappelle celle de la cigarette et servant à délivrer de la fumée artificielle aromatisée contenant ou non de la nicotine.

L’article continue sa description du vaporisateur qui sera nommé uniquement « cigarette » et qui reprendra de façon soutenu tout le vocabulaire associé à la cigarette fumée : filtre, fumée, forme et ressemblance. Nous regrettons également l’emploi du mot batterie pour prévenir des dangers liés aux accumulateurs. Vous l’aurez compris, la confusion règne et malheureusement n’est pas prête à disparaître sans une volonté affirmée de nos législateurs. Néanmoins, il est toujours utile de pouvoir se référer à ces fiches pour nos pratiques professionnelles (étiquetages, sécurité etc).

Accès à la fiche DGCCRF : cliquez ici

Baisse inédite du tabagisme en France

La prévalence du tabagisme quotidien a baissé de 12% entre 2016 et 2018, ce qui équivaut à 1,6 millions de fumeurs en moins.

Argument de poids en faveur de l’e-cigarette : elle est l’outil le plus utilisé pour arrêter de fumer. Les données du Baromètre Santé de Santé publique France indiquent que son usage augmente, passant de 2,7% d’utilisateurs quotidiens en 2017 à 3,8% en 2018.

Lire l’article de l’Univadis

KMLS entre en bourse!

L’entreprise lyonnaise Kumulus Vape est la première entreprise française de vape qui entre en bourse.

A la fois grossiste et boutiques, KMLS a toujours revendiqué sa position indépendante vis à vis du monde du tabac.

C’est une très bonne nouvelle pour le monde de la vape. Bravo!

1ères certifications CIMVAPE

Lors du Vapexpo de Nantes, les 1ères remises de certification CIMVAPE ont eu lieu.

Celles-ci ont été remises par Jacques LeHouezec, fondateur de l’organisme de formation Amzer Glas avec lequel nous avons constitué un partenariat pour mettre en place cette certification et la rendre effective et reconnue.

Parmi les heureux certifiés, nous avions deux adhérents : Me Patricia Côme et M Roberto Fernandez (notre trésorier).

Rappelons le : nos adhérents SIIV sont prioritaires pour accéder aux journées de formation qui permettent la certification.

Vous retrouvez tous les détails sur la page  formation

Le SIIV a fêté sa 1ère année d’existence!

Le 16 mars 2019, nous avons fêté notre 1ère année.

Etienne Persohn (le président), Roberto Fernandez (le trésorier) et Fabienne Laatef (secrétaire) en profitent pour vous dire comme ils sont fiers de vous compter parmi nos adhérents.

Pour nous rejoindre, c’est très simple, il suffit de nous envoyer un mail au si2vape@gmail.com.